mercredi 20 septembre 2017

154. la vengeances des mères

Ma cent-cinquante-quatrièmùe lecture est le deuxième tome de la saga "mille femmes blanches" de Jim Fergus :
Voici le synopsis : "1875. Little Wolf, un chef Cheyenne, demande au président Grant de lui faire présent de mille femmes blanches afin de les marier à ses guerriers, dans le but de favoriser l'intégration. Grant accepte le marché et envoie les premières femmes dans les contrées reculées du Nebraska, la plupart « recrutées » sous la contrainte dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les accords, la tribu ne tarde pas à être exterminée par l’armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre. Parmi elles, deux sœurs irlandaises, Margaret et Susan Kelly. Ayant trouvé refuge parmi les sioux de Sitting Bull, celles-ci, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire des américains, refusent de rejoindre la « civilisation ». Avec quelques autres blanches faites prisonnières par la tribu, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer dans une lutte désespérée pour leur survie."


 J'ai vraiment aimé retrouvé les personnages du premier tome, j'ai apprécié les nouveaux personnages. Et malgré les longueurs, l'intrigue parfois cousue de fils blancs, j'ai apprécié cette plongée dans la culture indienne. On est dans une ambiance à part entre ces lignes. On s'évade dans les grandes plaines, en pleine guerre indienne, au rythme des danses, des chasses et des pow-wow ...
Bref, une lecture qui m'a emballée ... sauf la fin ... qui m'a déçue grandement... J'ai eu l'impression de dégringoler de mon petit nuage romanesque pour atterrir dans un carré de mièvrerie qui gâche un peu tout et laisse hélas présager du tome suivant ! Espérons que je me trompe !

Cette lecture compte tout de même pour le challenge des couvertures et la coupe des 4 maisons. 

mercredi 13 septembre 2017

153. Mille femmes blanches

Ma cent-cinquante-troisième lecture est un roman de Jim Fergus :
Voici le synopsis : "En 1874, à Washington, le président américain Grant accepte dans le plus grand secret la proposition incroyable du chef indien Little Wolf: troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l'intégration du périple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart des "Mille femmes" viennent en réalité des pénitenciers et des asiles de tous les États-Unis d'Amérique... Parvenue dans les contrées reculées du Nebraska, l'une d'entre elles, May Dodd, apprend alors sa nouvelle vie de squaw et les rites inconnus des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l'alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, May Dodd assiste alors à la lente agonie de soi, peuple d'adoption..."

J'ai vraiment aimé ce roman qui est vraiment captivant. Une épopée indienne. Le destin d'une femme hors norme. Une ode à la vie indienne, à la nature, à la simplicité, à la douceur ... qui se heurte au monde occidentale, à l'armée, à la violence, à la politique, aux préjugés, au racisme, au côté obscure de notre humanité. De l'espoir et de la confiance en l'autre et en l'avenir, et de la montée de la haine, de l'avidité grandissante... on ne peut que savoir dés le début comment finira ce roman. L'histoire est donc tissée de fils blancs mais cela ne gâche en rien le plaisir de la lecture... Au fur à mesure des pages on a hâte de voir les hypothèses de lectures confirmer mais on aimerait aussi que certaines soient infirmées. 
Bref, une lecture prenante ! Et qui laisse une forte impression. 

A lire au bord d'un cours d'eau, dans la nature ...

Cette lecture compte pour le challenge des couvertures, le jeu du cadavre exquis et la coupe des 4 maisons. 

samedi 9 septembre 2017

148 à 152 : Sillage

Mes cent-quarante-huitième, cent-quarante-neuvième, cent-cinquantième, cent-cinquante-et-unième  et cent-cinquante-deuxième lectures sont les cinq premiers tomes de la saga en bande dessinée "Sillage" : 


































Après avoir lu la série "Nävis" qui raconte l'enfance de l'héroïne, j'ai donc enchaîné tout naturellement par "Sillage". 
Je dois avouer que j'ai préféré la série jeunesse, plus douce, plus fantaisistes ... mais "Sillage" est une bonne série, d'autant qu'on en découvre un peu à chaque tome sur le fonctionnement de cette énorme convoi spatial qu'est "sillage", sur sa politique, sur la corruption qui peut y régner, sur l'injustice sociale... tout ce qui fait écho à la situation sur notre planète. 
J'ai bien aimé aussi cette idée d'une énorme convoi où les différentes races intelligentes auraient plus ou moins choisi de vivre, délaissant (ou fuyant) leur planète pour vivre dans des astronefs. J'aime bien aussi l'ambiance propre à chaque tome -avec une petite préférence pour le tome 3 très steampunk. J'apprécie aussi beaucoup de voir évoluer le personnage de Nävis.
 Bref, je lirai bientôt la suite.


vendredi 8 septembre 2017

147. Anne... la maison aux pignons verts

Ma cent-quarante-septième lecture est le premier tome de la saga "Anne" de Lucy Maud Montgomery : 
Voici le synopsis : "Née en Nouvelle-Écosse. orpheline à trois mois. Anne est récupérée par une série de familles d'accueil. Malgré la pauvreté, elle parvient à s'évader de sa sombre existence grâce à son imagination débordante. Elle lutte pour rendre les circonstances acceptables. recherche des âmes sœurs et trouve dans les livres une certaine consolation, tout en rêvant de fonder un jour sa propre famille. Curieuse, inventive, amoureuse de la vérité, Anne fait déjà preuve du sens de l'émerveillement et de l'espoir qui la caractériseront sa vie durant. Ce roman relate les événements à la fois tristes et loufoques de la vie de la rouquine à l'esprit débridé avant qu'elle ne se rende chez les Cuthbert, à l'Ile-du-Prince-Edouard..."

Il ne me reste qu'un très vague et lointain souvenir de la série télé, j'ai donc eu envie de me (re)plonger dans l'univers de cette orpheline si particulière. Et je dois dire que j'ai vraiment apprécié la lecture de ce premier tome. C'est drôle, émouvant, tendre ... C'est plein de charme et de fraïcheur... Bref, comment résister.  
Dans ce premier tome vous trouverez donc une pauvre petite orpheline à l'imagination débordante, une vieille fille et son frère, une erreur, un cerisier en fleur, une institutrice dévouée, une amitié indéfectible, un gâteau plus que raté, des excuses parfaites, une haine tenace, des bêtises en pagaille, le goût pour les études, une histoire de fantômes, une vieille tante riche, une presque noyade, d'étrange effets capillaires, des questions de mode, et beaucoup d'amour. 

A lire à l'ombre d'un cerisier en fleur, ou en admirant les belles couleurs de l'automne. 

Cette lecture compte  pour le challenge des couvertures, le jeu des 7 familles, les 12 thèmes, et la coupe des 4 maisons. 

jeudi 7 septembre 2017

142 à 146 : Nävis

Mes cent-quarante-deuxième, cent-quarante-troisième, cent-quarante-quatrième, cent-quarante-cinquième et cent-quarante-sixième lectures sont les tomes 1 à 5 de la saga jeunesse en bande dessinée "Nävis"  dont voici le synopsis du premier tome :
"Nävis est la seule humaine dans une jungle où elle rêve de se faire des amis. Elle croise la route de Houyo, une jeune Tigrours. Pour sauver son amie poursuivie par le chef de la meute, elle est aidée de son robot précepteur qui l'instruit depuis le crash de son vaisseau sur cette planète perdue. Ce qui n'ira pas sans aventure, angoisse et émotion..."


    J'ai dévoré ces cinq tomes en une soirée. J'ai beaucoup aimé les dessins, le graphisme et l'univers de la planète de Nâvis.
J'ai adoré toute cette faune étrange, pleine de tigrours, de Rhondinn .. et tous ces animaux parlent l'animalangue, que pratique également la jeune Nâvis. j'ai bien aimé aussi le personnage de Nsob, son robot précepteur qui n'a pas un coeur de fer. Si sa meilleure amie est la tigresse Houyo, Nâvis se lie d'amitié avec plusieurs habitants de cette planète où elle est naufragée : une rhondinn qui ne veut plus être une prédatrice, un drôle d'oiseaux bien solitaire, et même  "Latitzouris" (un monstre grignoteur de dents), ce qui ne l'empêche pas de se pose des questions sur les humains, sur ses parents ...

Bref, une jolie saga jeunesse.

A lire avec son animal de compagnie près de soi, ou au bord d'une rivière. 

PS : cette lecture compte pour le challenge des couverture et la coupe des 4 maisons.

samedi 2 septembre 2017

141. La vague

Ma cent-quarantième lecture est un roman de Todd Strasser :

Voici le synopsis : "Cette histoire est basée sur une expérience réelle qui a eu lieu aux Etats-Unis dans les années 1970.
     Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d'histoire, crée un mouvement, la Vague, aux slogans fort : "La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l'Action". En l'espace de quelques jours, le paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur livre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader, lui-même totalement pris par son personnage.
Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?"

J'ai dévoré ce roman que j'avais envie de lire depuis quelques temps. Et je comprends qu'on me l'ait si chaudement recommandé. Il faut dire que l'histoire est captivante... Comment créer un groupe fasciste très simplement : il suffit d'un slogan, d'un signe de reconnaissance d'un logo, et de convaincre quelques personne qu'appartenir à ce groupe les rendra meilleur, leur permettra de réussir... et voilà en quelques jours tout un lycée sous l'influence de "la vague" et ceux qui n'adhèrent pas au mouvement commencent à avoir peur, vraiment. Une lecture qui amène à se poser de nombreuses questions.

A lire en cette période de rentrée scolaire !

PS : cette lecture compte pour le challenge des couvertures et la coupe des 4 maisons. 

jeudi 31 août 2017

140. l'homme qui plantait des arbres

Ma cent-quarantième lecture est une nouvelle de Jean Giono : 
Voici le synopsis : "Au cours d'une de ses promenades en Haute-Provence, Jean Giono a un jour rencontré un personnage extraordinaire, un berger solitaire et paisible qui plantait des arbres, des milliers d'arbres. Au fil des ans, le vieil homme a réalisé son rêve : la lande aride et désolée est devenue une terre pleine de vie...
Une histoire simple et généreuse, un portrait émouvant et un hymne à la nature. "

J'ai apprécié cette lecture, malgré le misérabilisme du départ. Cette une jolie histoire qui pose quelques questions un peu plus profondes qu'il n'y paraît : sur l'écologie, sur les valeur humaine, sur l'économie aussi. Plus qu'une nouvelle, cette histoire me semble une fable bien actuelle. 

A lire au pied d'un chêne. 

PS : cette lecture compte pour le challenge des couverture et le bingo littéraire.